L’univers illustré d’An’imato

Après une école d’Arts Graphiques, Anne a travaillé dans une maison d’édition jeunesse un moment, avant de partir sur Paris. Elle créait essentiellement pour s famille. Un grand jeu de l’oie pour jouer en famille avec son neveu, un portait de lui pour sa mère, un faire-part de naissance pour une copine.

Et puis on lui a passé des commandes, alors Anne a eu l’idée de créer sa marque, An’imato (@animato.illustrations) sous laquelle elle vend différents produits, issus de illustrations. « Je décline mes créations sur différents supports et matières, selon ce que je veux fabriquer ensuite : impression sur tissu, sur plaque de mousse, cartes postales, kit créatif en découpage. »

« An’imato est née d’un mix de mon prénom (Anne) et d’un mélange de beaucoup d’ingrédients que j’aime : image, Japon, papier, inspiration, couleurs. Le nom a une consonance japonaise, j’adore ce pays et sa philosophie, l’art de l’origami, du kirigami (je faisais du découpage bien avant de connaître ce mot !), la rigueur. Et j’ajoute à cela un grain de folie ! »

Quand elle était petite, Anne rentrait de promenade les poches pleines de cailloux, bout de bois et autres trésors ramassés sur son chemin. Elle gardait tout précieusement pour s’en resservir dans des bricolages.

« Tout peut resservir ! J’ai toujours aimé tester des choses et ma famille m’a toujours encouragé : pyrogravure, broderie, tricot, carte à gratter, perles, moulage… Ma mère nous faisait faire pleins d’activités manuelles, surtout de la récup : collier en graines de melon, visage dans des boites de camembert, pomme de pin dorée. »

Sa mère lui a appris des points de broderie, des points de couture. Avec sa grand-mère, Anne a appris le tricot.

« J’adorais faire des motifs compliqués en jersey. Et elle me cousait des vêtements aussi. Bref j’ai regardé faire avant de m’y mettre. Je prends des cours de couture depuis plusieurs années (je ne trouvais pas de jupes à mon goût), je me suis mise à la broderie décorative, surtout pour broder des prénoms ou des phrases sur des cousettes. Je tricote un peu (j’ai du mal avec les emmanchures), et je me lance dans le crochet. Je suis très manuelle. »

« J’ai une idée à la minute, le temps me manque pour tout tester. Alors je remplis des carnets avec mes idées, croquis, notes. »

Elle travaille entre son bureau (trop souvent encombré), la table du salon (qu’il faut ranger pour manger) et le canapé. « Pas idéal, il me faudrait une pièce en plus. Un rêve pour le moment ! »

Anne adore travailler le papier. Elle l’utilise comme de la peinture !

« Je le découpe/déchire/plie pour réaliser des tableaux ou des animaux pré-découpés. Je récupère les emballages, je suis autant ravie de l’emballage que du cadeau. Je fais des portraits d’animaux aux pastels secs (hyperréalisme) et aussi un peu d’aquarelle. Je dessine beaucoup au trait, à l’encre de Chine. J’utilise la peinture acrylique aussi, sur des galets ou des toiles. »

Comme vous le verrez Anne utilise la matière, ou son ordinateur, ou ses ciseaux, selon ce qu’elle veut créer ou elle mélange.

« Je dessine en hyperréalisme aux pastels secs ou gras, je réalise des portraits style pop-art à l’acrylique, des dessins à l’aquarelle, des coloriages en noir et blanc, ou des cartes en papiers découpés. Je mélange des techniques, je bricole. Je dessine aussi avec ma souris. Avec n’importe quelle matière j’essaie de rendre la création réaliste. »

« J’adore le papier : lisse, granuleux, irisé, métallisé, texturé. Je le coupe aux ciseaux, je le déchire, je le colle. « 

Anne a chez elle  un meuble spécial pour ranger ses feuilles de papier par couleurs de la même façon que les tissus qu’elle trouve. « J’adore cette matière tactile j’y rajoute des rubans, des perles, des sequins. »

Grâce à Pinterest, Anne a accès à beaucoup beaucoup d’idées.
« Peu importe la langue, l’image suffit pour tester : le tricotin pour fabriquer des mots en fil de fer, les fleurs en tissus ou en papier, peindre des marrons, le vernis à ongles pour marbrer des feuilles, les perles en papier. J’observe, je suis aussi plusieurs comptes Instagram. J’aime le livre d’Austin Klein, Voler comme un artiste. On détourne, on mélange, et on crée de nouvelles choses. »

Dans sa bilbiothèque DIY Anne a plusieurs livres de couture de chez Creapassions.
« Surtout pour des sacs. Je les regarde, je m’en inspire mais je n’ai pas fait de modèle en entier, trop d’appliqués et de détails pour moi. En général, je ne reprends pas un modèle en entier, je modifie, j’ajoute, je détourne. J’ai cousu des leggings pour mon neveu du titre Coudre pour petits mecs. J’adore ce livre, les patrons s’adaptent facilement. Et je lorgne sur l’un des derniers, Sacs et accessoires à coudre pour Hommes. Le porte-documents est super beau. Futur projet ! »

Bonne découverte de l’univers d’An’imato !

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *