Découvrez les créations en pâte polymère d’Hélène
23 mars, 2011 par
Découvrez les créations en pâte polymère d’Hélène
Emmanuelle Prot

         

Hélène, alias Les éthiopiques, 39 ans, un petit garçon de 4 ans ½ , vit dans une région rurale (la Nièvre), ce qui lui convient tout à fait… Elle est enseignante en philo depuis 16 ans ! « C’est peu dire que mon métier me pèse ! Et pourtant, je suis entrée dans le métier avec beaucoup de conviction… Bref, je ne vais pas passer mon temps à me plaindre ici mais il est clair que je trouve dans les loisirs créatifs de quoi m’extraire d’une activité professionnelle où il y a trop, à mon goût, de relations conflictuelles à gérer au quotidien. Cela dit, même si je suis déjà usée par mon métier et ses contraintes, j’aime toujours transmettre, c’est sans doute pour cela que j’ai mis à disposition sur mon blog une vingtaine de tutos gratuits ! »

 

 

         

C’est en avril 2008 pendant les vacances de Pâques qu’elle a eu un véritable coup de foudre pour la pâte polymère !

 

 

 

En fait, Hélène a toujours un peu « bricolé » car elle a toujours eu besoin de concrétiser des idées dans la matière (argile, peinture etc.), de jongler avec les matières et les couleurs. « J’ai même eu une période « cuisine » intensive. Vers les années 2000, j’avais déjà investi les bijoux en exploitant l’argile (le vrai) et des techniques plus classiques avec des perles de rocaille, fil de laiton, d’alu, etc. Mais j’ai fini par faire le tour assez rapidement des possibilités offertes par ces techniques : je me suis lassée, d’autant que c’est moins le résultat qui importe pour moi que la phase créative. Et puis j’ai découvert, au hasard de mes pérégrinations sur le net, ce matériau exceptionnel qu’est la polymère (surtout distribué en France sous la marque Fimo, mais il existe aussi la Sculpey, la Kato etc.) : ce fut la Révélation, sans exagération. Les possibilités que cette pâte de modelage offre sont inouïes et on peut l’associer à beaucoup d’autres médias comme l’acrylique, la peinture à l’huile, les encres à base d’alcool,  les poudres de mica, etc. En plus, il est accessible aux béotiens, à ceux qui n’ont aucune formation artistique (comme moi) mais il peut intéresser aussi les vrais artistes : les anglo-saxons l’ont bien compris et certains ont déjà investi le matériau pour en faire des créations hallucinantes qui quittent largement le terrain des loisirs créatifs de Mr Toulemonde. Je vous renvoie au site Polymer Clay Daily à ce sujet, site qui fait une sorte de « revue de presse » du monde de la polymère. »

 

 

        Elle a la chance d’habiter une maison… avec un grenier mal isolé où il fait froid en hiver et très chaud en été : les conditions idéales pour fimoter !  

 

 

L’avantage, c’est qu’Hélène peut tout laisser en plan, reprendre son travail en l’état dès qu’elle a un moment de libre. « Je ne suis pas contrainte de ranger à chaque fois mes affaires… ça ne paraît pas, mais c’est un sacré avantage en matière de gain de temps. Et puis je peux salir le lieu à satiété ! »

 

 

 

Côté techniques, elle aime faire des canes, des imitations de matières naturelles, utiliser d’autres médias, etc. « J’aime tenter de faire quelque chose de nouveau (enfin pour moi) à chaque nouveau post sur mon blog : être toujours en recherche… Tant que le désir n’est pas épuisé, j’en profite ! Refaire la même chose à chaque fois : très peu pour moi et c’est la raison pour laquelle je serais incapable de vivre de cette passion car outre les difficultés (matérielles) liées aux métiers de l’artisanat, il faut rentrer dans un processus de répétition et de « production » qui, finirait, je pense, par « avoir la peau » de ma créativité.

 

 

 

Avec la Fimo, j’ai découvert « la puissance de l’intuition » : une fois que les techniques sont « digérées » (c’est la condition tout de même : une maîtrise élémentaire des techniques utilisées), il ne faut pas hésiter à se laisser guider par son… allez, disons le mot, « inconscient ». Ne pas vouloir tout « régenter »… par expérience, mes plus belles « réussites » en fimo sont souvent nées d’un « accident » (j’ai obtenu un résultat qui n’était pas prévu initialement). Enfin, je n’en fais pas une règle générale, mais c’est ainsi que je semble fonctionner. « 

 

 

         

Elle puise son inspiration sur Internet et dans les livres

   

Hélène a beaucoup appris sur le net, à partir de tutos gratuits (« j’ai voulu un peu rendre la pareille en mettant, à mon tour, des tutos sur mon blog »). J’ai rapidement découvert le blog de MabCréa qui est amateur mais quel amateur (une créativité exceptionnelle) ! Chez les françaises, j’admire aussi Gris Bleu, Mathilde Colas, Maniguette, Elizart notamment. Chez les anglo-saxons, je n’en citerai que quelques uns mais la liste est loin d’être exhaustive : Donna Kato, bien sûr, mais aussi Kathleen Dustin, Sandra Maccaw, Sarah Shriver, Judy Belcher etc. »

 

 

 

Evidemment elle connait le livre Cane en Folie. « Les auteurs sont sympathiques et accessibles sur le net », Gourmandises à créer en pâte polymère et « j’ai Bijoux créatifs en pâte d’argent de Sabine Singery… J’ai envie de me mettre à la pâte d’argent mais il faut du temps et du matériel que je ne possède pas encore… Mais c’est en projet ! »

 

 

        Et maintenant bonne découverte de l’univers d’Hélène,     

Découvrez les créations en pâte polymère d’Hélène
Emmanuelle Prot
23 mars, 2011
Partager ce poste
Archiver