Découvrez les créations printanières de la polymériste Nolwenn
1 avril, 2011 par
Découvrez les créations printanières de la polymériste Nolwenn
Emmanuelle Prot

Nolwenn, 27 ans, originaire de Nantes, a déménagé il y a 12 ans en Haute Savoie, une très belle région où elle peut aujourd’hui faire de la randonnée et du ski. Après avoir fait des études en marketing, Nolwenn a souhaité faire de sa passion son métier. « Il paraît que l’on dit que je suis une polymériste ! »

 

On dit d’elle qu’elle est rêveuse avec un vrai côté fleur bleue. « En fait j’aime croquer la vie à pleine dents et le goût des choses simples. Ormis la pâte polymère, j’aime cuisiner (surtout les macarons), voyager, jardiner et gratter les cordes de ma guitare. »

 

 

Internet fait partie de sa génération et c’est tout naturellement que Nolwenn a créé son blog. « Il y a quelques années déjà pour avoir une vitrine virtuelle et présenter mes créations (laborieuses à mes débuts !) et surtout pour échanger, rencontrer d’autres talents. Internet à la merveilleuse faculté d’avoir le monde à portée de clics… La notion de partage est très importante pour moi. »

 

Elle a toujours été attirée par les loisirs créatifs mais la pâte polymère l’a conquise

 

Une passion qui doit sûrement être héréditaire puisque c’est sa maman qui lui a transmis cette passion. « Cela fait 5 ans que je  » patouille  » avec la Fimo. Avant je faisais des bijoux en perles et je trouvais la création limitée. Et puis un jour, (je ne me rappelle même plus comment ce carré de pâte est arrivé entre mes mains), j’ai découvert la Fimo et Waouhhh : un vrai coup de foudre. Je me suis rendue compte des innombrables possibilités de création qu’offrait cette matière. Mes bijoux allaient prendre un virage à 360°. La Fimo me permet de laisser libre cours à ma créativité, de pouvoir concevoir mes propres motifs, de jouer avec les couleurs dont j’ai envie, concevoir mes propres formes. Cette matière me permet de donner une vraie identité à mes créations et ainsi m’exprimer au travers de cette dernière.?Je ne conçois pas une journée sans être en contact avec la Fimo, c’est un réel besoin, une drogue presque : être constamment à essayer de nouvelles choses, innover. »

 

Elle s’installe dans son atelier en début de journée et elle ne le quitte que le soir… et souvent trop tard selon son mari !

Au début Nolwenn avait quelques boîtes ici et là pour ranger son matériel et elle s’installait sur la table du salon. « Mais pas pratique car ranger tout chaque jour me dérangeait alors j’ai récupérer un bureau pour patouiller. J’ai eu vite tendance à remplir mes boîtes de matières premières et le manque de place s’est vite fait sentir. Alors j’ai rangé une pièce de la maison (enfin j’ai débarrassé une pièce de la maison serait le terme plus approprié !) pour pouvoir installer tout mon bazar… Et le bureau est devenu trop petit (et oui faire de la Fimo prend de la place entre la machine à pâte, les outils de modelages, etc). J’ai investi dans un plan de travail plus grand (qui commence à devenir petit maintenant), puis un deuxième bureau pour pouvoir poser mon four, mon mini studio photo … Cette pièce est devenue indispensable car cette passion est devenue mon métier. »

 

 

Nolwenn travaille principalement deux techniques « qui ont des noms un peu barbares pour les non initiés :

 

– le Skinner blend (du nom de sa créatrice) qui consiste à faire de jolis dégradés de couleurs.

 

– le Millefiori : technique qui consiste à modeler un motif dans un boudin pour faire des canes (très beau livre au passage celui des canes en folie). C’est cette technique qui me permet de concevoir tous mes motifs. »

 

Ses sources d’inspiration pour créer

 

Nolwenn attache beaucoup d’importance à la nature et elle aime particulièrement les fleurs ce qui se ressent dans ses créations. « Je travaille en effet beaucoup les motifs floraux. J’aime aussi beaucoup jouer avec les couleurs, m’inspirer des tendances du moment. J’aime me promener sur les sites de grandes polyméristes américaines qui font de véritables petites merveilles et qui ont de l’avance sur nous. »

 

 

Evidemment Nolwenn connait bien les livres Créapassions. « Je les feuillète souvent dans les librairies de mon rayon préféré : les loisirs créatifs ! J’ai regardé avec beaucoup d’intérêt celui des canes en folies, et je viens de voir qu’il y en avait un autre sur les gourmandises en Fimo (je vais me le procurer celui là !!!). »

 

Bonne découverte des créations de Nolwenn,

Découvrez les créations printanières de la polymériste Nolwenn
Emmanuelle Prot
1 avril, 2011
Partager ce poste
Archiver