Découvrez les trésors de cartonnage de Laurence
22 janvier, 2014 par
Découvrez les trésors de cartonnage de Laurence
Emmanuelle Prot

 Laurence, alias Cartonnage Trésors, a la chance d’habiter en Vendée à proximité immédiate de la mer, loin des tourments de la consommation à tout prix et des grandes enseignes qui pourtant lui font parfois défaut. Jeune, Laurence a souhaité être modéliste, décoratrice, prof de travaux manuels puis elle a rêvé (comme on rêve du saint Graal !) d’être architecte d’intérieur. « Mais il y a 35 ans, ce n’était pas tendance et j’ai appris jusqu’à l’université, des choses très sérieuses, en l’occurrence le droit, pendant 5 ans. Je ne le regrette pas mais je sais qu’à cause de cela, je suis passée à côté de ce que pourquoi « j’étais faite ». » Désormais Laurence a le temps de se faire plaisir en se servant à la fois de sa tête et de ses mains, qui du plus loin qu’elle se souvienne, ont toujours fonctionné ensemble !
 « Sur mon blog je ne parle que très peu de moi car j’estime, peut-être en partie à tort, que ce n’est pas là le sujet qui motive une visite sur mon espace. »

Personnellement, quand elle se pose une question, Laurence aime avoir une réponse sans passer par des palabres stériles. Son blog n’est donc pas son journal intime. Elle a franchi l’étape de l’administration d’un blog, en grande partie grâce à sa soeur qui était souvent émerveillée de ce qu’elle pouvait arriver à faire, avec peu. « Mes quelques amies et copines continuent de me dire qu’il faut que je vende les jolies choses que je fais et qui ne sont que le fruit de mon travail et de ma créativité. J’aime à croire que mon blog est à la fois une source d’enseignement, mais aussi de dépassement, tout en respectant un minimum, le savoir-faire, qui, pour une fois, est bien de « chez nous. Je passe beaucoup de temps à enrichir mes articles d’explications – sans tout « donner » – pour seulement quelques retours, mais oh combien riches en cordialité ! Je veux avant tout qu’on respecte ce que je crée tout comme je respecte ce que d’autres ont, véritablement, créée. » Aujourd’hui Laurence court après le temps et les moyens techniques pour faire enfin les fiches techniques de ses créations qu’elle pourrait alors proposer à la vente. « Ce serait un moyen à la fois de « m’indemniser » et de proposer aux intéressées l’objet qui leur fait besoin ou envie ; mais c’est comme pour tout, je me débrouille avec ce que j’ai ! »
 « J’ai appris le cartonnage au collège. Je me souviens que ça m’avait passionné. Il reste encore ça et là les objets que j’ai fait, il y a de très nombreuses années : un cadre photo, un coffre de corsaire, un classeur ou encore un correspondancier dont je me sers encore ! »

Le cartonnage ne l’a jamais quitté même si c’est elle qui l’a quitté pendant longtemps à cause de la vie familiale et professionnelle qui font qu’on plus le temps de rien. « J’ai continué à l’aimer, avec l’envie de pouvoir en « refaire », en achetant, le rare magazine paru en 2000. Puis je suis enfin retombée dedans après avoir tricoté, brodé, cousu pendant des années. Avec le cartonnage, on peut tout faire ; tout peut devenir sur-mesure selon ses propres besoins. On peut mettre en valeur les jolies broderies que l’on a faites avec passion, obtenir un objet « super-utile », ou simplement beau, se faire plaisir ou faire plaisir aux autres. On peut également faire fonctionner plus que de raison sa tête en inventant des formes, des décorations, mixer les papiers, les tissus, innover. Bref, être visionnaire ! C’est l’activité manuelle la plus complète que je connaisse. Elle correspond à ce dont j’ai besoin. »

 « Mon style est de, surtout, ne pas en avoir ! Ainsi, je me plais à garder mon entière liberté. Cette liberté, conjuguée à la capacité de réfléchir et mettre en oeuvre, elle me permet de tout tester, tout le temps. »

En cartonnage, Laurence a 2 lignes directrices :
– Faire ce dont elle a besoin, ce qui lui est utile,
– Ne pas faire ce qui existe juste en changeant une bricole, « en m’attribuant les mérites, comme on le voit souvent ! »
Ensuite seulement, Laurence fait ce qui lui fait envie ou ce qu’elle n’a jamais fait. « J’ai en permanence des idées et il me faudrait au moins trois vies ! » Car pour créer tout l’inspire ! Ce peut être une chute de carton ou de tissu qui lui font se poser la question de ce qu’elle pourrait bien en faire, un petit objet acheté n’importe où, qu’elle imagine en décoration de quelque chose qui n’a pas corps, ou un besoin, une envie, un nouveau test.

Bonne découverte des trésors cartonnés de Laurence,

Découvrez les trésors de cartonnage de Laurence
Emmanuelle Prot
22 janvier, 2014
Partager ce poste
Archiver