A pied des volcans d’Auvergne naissent les Eclats de Claire

Au pied des volcans d’Auvergne, vit Claire, 35 ans, psychologue, qui a suivi une formation en art-thérapie et donc y anime ponctuellement des ateliers créatifs DIY principalement centrés sur le fil. Son travail était centré sur la mosaïque à l’origine. Son nom vient des éclats d’émaux.

« Mes mosaïques sont comme des petits morceaux de moi et  »Les Eclats de Claire », ça sonnait bien.
Mon blog  »Claire dans tous ses éclats’‘ est un dérivé de mon nom « Les Eclats De Claire » avec un soupçon de Woody Allen en plus (Harry dans tous ses états) parce que sa personnalité colle bien avec le côté blabla et déversement de soi des blogs ! »

« Je crois depuis toujours quu je suis une touche-à-tout, une bidouilleuse compulsive ! »

Son blog se voulait l’arrière boutique de son e-shop sur Dawanda et Little Market maintenant, c’est plutôt l’inverse.

« Mon blog est bien plus important à mes yeux que ma boutique Etsy, complètement laissée en friches. J’y partage mon travail, mon cheminement créatif, mes coups de cœurs, mes astuces, mes petits tutos… Rien ne me fait plus plaisir que de savoir que j’ai pu aider les gens à se lancer dans la mosaïque ou le tricot et de recevoir des photos de leur réalisation par mail. »

Claire a toujours envie de découvrir de nouvelles techniques, de nouveaux matériaux qui lui permettraient de réaliser ce qu’elle a en tête.

« Je crois que j’ai commencé à créer parce que j’avais une idée bien précise de ce que je voulais et que je ne le trouvais pas forcément dans le commerce. Au tout départ, c’est ma mère aux doigts de fée qui m’aidait à réaliser mes « idées folles » et c’est ainsi, qu’à ses côtés j’ai notamment appris le tricot, la couture et le crochet.

En grandissant, j’ai diversifié les matériaux utilisés et les techniques : perles, pyrogravure, patchwork, pâte polymère… »

Elle a toujours dessiné mais au moment de la mise en couleurs c’était souvent le drame. Et pourtant elle a essayé pas mal de choses : pastel, aquarelle, gouache, feutre… mais le résultat ne lui convenait pas. Puis elle a découvert en 2009 la mosaïque et ça a été le coup de foudre immédiat !

« J’aime cette idée de déconstruction-reconstruction où chaque élément finit par trouver sa place. »

Dans la mosaïque Claire aime l’engagement physique, la minutie et l’extrême patience qu’elle demande et surtout elle ne se lasse pas de regarder la lumière jouer sur les éclats d’émaux et de voir ainsi les tableaux évoluer au gré des changements de lumière de la journée.

Depuis 2012, elle s’est mise aussi au yarnbombing avec le collectif  »Les peloteuses du café tricot », copines de café tricot clermontois.

« On a pris d’assaut les arbres d’une avenue du centre vile, réalisé un défilé de mode… C’est ma cour de récréation le street art. Je tente des trucs et je laisse libre cours à mon imagination et j’aime tellement voir la réaction des gens dans la rue, c’est un truc magique ! Du coup, je pense que je vais continuer à développer cela, en solo et avec mes comparses. J’ai d’ailleurs deux projets en cours. »

Pour s’adonner à ses passions DIY, Claire a une petite pièce dans son appart qui lui sert de bureau, de débarras, d’atelier et de grotte.

« C’est petit, c’est très dense mais je peux y faire ma vie créative tranquille. Mes amis l’appelle « la caverne d’Ali Baba ». Depuis peu, elle sert aussi de terrain de jeu à un petit garçon qui trouve ça fascinant tous ces cailloux, morceaux de bois, émaux, pelotes de laine, bobines, tissu, perles, cartons, crayons, feutre… »

« J’entends souvent le mot « enfantin » juxtaposé à mon travail. Je ne me reconnais pas forcément dans ce mot là mais si les gens le perçoivent ainsi, ce doit être le cas. J’ai sans doute du mal à avoir un regard extérieur sur mes créations. Je ne me pose pas vraiment cette question en fait, je crée juste au gré de mes envies, des choses qui ont du sens pour moi. »

Côté matières Claire a une nette préférence pour les matières naturelles et brutes comme le bois, la ficelle, le tissu, la laine… mais elle utilise à peu près toutes les matières, selon les besoins et les envies.

« Une chose est sûre, j’aime les couleurs ! Je suis juste un peu fâchée avec ce qui brille, les dorures, les paillettes… »

Elle s’inspire totalement de la pop-culture et de la culture geek : films, BD, comics, jeux vidéos, musique… c’est ce qui la guide.

« Impossible de parler de mes inspirations sans citer ceux que j’appelle ma « Holy Trinity » : Michaël Jackson, Tim Burton et Hayao Miyazaki. Je suis au carrefour d’influences diverses et variées mais eux… c’est eux !

Mes proches sont également une grande source d’inspiration. Je me creuse souvent la tête pour créer des jouets pour mon petit garçon ou fabriquer le cadeau idéal pour mes copines, ma famille. Mon homme me souffle souvent des idées et il me faut réfléchir pour savoir comment les réaliser. J’aime bien ces défis, ça me fait sortir de ma zone de confort et explorer de nouvelles choses. »

En jetant un œil dans sa bibliothèque créative, Claire a découvert qu’elle avait bien plus de livres Creapassions qu’elle ne le croyait. « J’en citerais principalement deux qui m’ont permis de réaliser des choses qui me tiennent particulièrement à cœur, le tapis d’éveil de mon fils et mon sarouel inspiré du film Le patient anglais Trousseau de bienvenue pour bébé et Sarouels. »

Bonne balade au pied des volcans d’où jaillissent la créativité de Claire !

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *