Découvrez Françoise et sa passion du modelage

Passionnée de modelage en Fimo, Françoise, alias Bounette, a un « âge certain ou un certain âge », c’est selon ! Mariée, 3 enfants, un petit fils et un chien, elle habite tout près de Nîmes dans le Gard, un village qui s’appelle Marguerittes.

La passion dans la peau du modelage !

Voilà une quinzaine d’années que Françoise a commencé le modelage, avec des modelages à plat, en argile, des personnages divers et variés, qu’elle peignait à l’acrylique. « J’ai fait cela pendant des années et mon rêve est un jour de tourner, je sens que j’ai cela dans les mains. Je pense que la sensation doit être extrêmement agréable… »

Un jour il y a eu la mode des montages de perles. « Je n’aime pas trop les bijoux, j’en porte rarement… Ma soeur, qui elle adore ça, me demande un jour si je ne pourrai pas lui faire de grosses perles noires. Je connaissais la pâte « Fimo », mais je n’aimais pas du tout, car colorée… Je ne savais pas du tout quoi faire de « ça » ! Donc je lui dis : pourquoi pas ! Comme j’aime bien me documenter avant de faire quelque chose, je suis allée sur le net, j’ai fouillé un peu partout, regardé des bouquins sur le sujet. Et là, oh bonheur des bonheurs, je me suis dis : « ma fille, il y a des choses à faire avec ce médium ! »

Françoise est donc tombée dedans la tête la première, il y a aujourd’hui 8 ou 9 ans et son (« je ne dirai pas mon amour, mais presque… ») attachement à cette pâte est resté intact depuis et elle découvre toujours de nouvelles choses. « Je suis toujours émerveillée par le résultat, les possibilités sont infinies ! »      

La pâte polymère une pâte géniale à travailler

Selon Françoise, c’est une pâte très agréable à travailler, que l’on peut modeler à loisir, qui se tient très bien pour faire ce que l’on appelle des « canes », c’est à dire reproduire un dessin en 3 dimensions. Il existe plusieurs marques sur le marché et chacune a son utilité respective. « Personnellement je ne travaille que la « Fimo classic », car mon domaine de prédilection est de faire des canes. Cette pâte se cuit en très peu de temps elle devient dure et non cassante, c’est un PVC et oui, du plastique ! On peut, je devrais dire on doit… la poncer, puis la polir ou la vernir. Le moment que je préfère, c’est l’étape polissage après un ponçage soigneux. Quand j’approche mes diques de coton sur ma pièce et que ça se met à briller d’un seul coup, j’adore ça !!!! »

Depuis 3 ans, Françoise est devenue professionnelle en la matière. « Je donne des cours, j’organise des stages, parfois sur plusieurs jours !
Cela m’a permis de faire de très belles rencontres, je suis quelqu’un de casanier, j’aime créer dans mon coin… Mais j’avoue que les rencontres c’est formidable ! Échanger avec des gens qui ont la même passion que vous est extrêmement agréable et valorisant. J’aime créer, chercher de nouvelles pistes, parfois je trouve, parfois non, mais je recommence toujours…  »

Ses sources d’inspiration pour créer : un peu tout… une image, une couleur, le net, la TV, les livres, les tissus et bien d’autres…

Evidemment Françoise connaît les livres modelage de creapassions.com. « Bien entendu « Canes en folie« , « Cane en délire » sont mes favoris, je vous ai dit pourquoi un peu plus haut… mais, nous les « fimoteuses » avons pour principe d’acheter tous les bouquins qui sortent sur le sujet, certains sont fait par des « copines » du net, que l’on côtoies depuis des années (enfin, c’est mon cas…) et c’est d’usage… il y a toujours des choses intéressantes, des tours de main, de nouvelles techniques, cela fait un bon support, même si les thèmes abordés sont connus depuis longtemps, cela donne de nouvelles idées ! Puis il y a les « Américaines » qui ont commencé la polymère bien avant nous ! Il y a de véritables artistes, on attend leurs livres avec impatience. Enfin sans être chauvine, je suis contente qu’aujourd’hui les Françaises s’y mettent et réussissent ! Le souhait que nous avons toutes, que la polymère soit reconnue comme un art, ce qui est le cas aux États unis, les bijoux et objets en polymère sont exposés dans les galeries. En France quand on parle polymère, les gens disent : ah oui, c’est de la Fimo, avec un air dégoûté… Quand on sait le travail qu’il ya derrière, ce n’est pas motivant, c’est même rageant ! Mais ça ne fait rien, je persiste et je signe !!!! »

Bonne découverte,

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *