Découvrez le scrap grand format de Valérie

Valérie, alias Shunrai sur le net, un surnom d’origine chinoise que lui avait donné son mari il y a longtemps. Elle flirte avec la quarantaine et a le bonheur d’avoir un petit garçon de presque 8 ans. Depuis la naissance de son fils en mai 2003, Valérie a eu des passages à vide en scrapbooking principalement dû au temps que lui prenaient ses révisions pour des examens professionnels. Aujourd’hui, elle a trouvé son rythme de croisière en scrap et les pages 30 x 30 ont sa préférence mais s’il lui arrive de se lancer de temps à autre dans des mini-albums.

Le scrapbooking lui permet de conserver les souvenirs de sa vie familiale, de ses voyages

 

Raconter des anecdotes, célébrer la vie tout simplement. Mais aussi créer… Réaliser de choses de ses mains. « C’est quelque chose de vraiment important dans mon équilibre. J’ai un travail essentiellement intellectuel, et j’ai besoin de compenser avec des activités manuelles que ce soit le scrap, la broderie, la couture ou le tricot. Le scrap est un incroyable terrain de jeu : découvrir, expérimenter et un vrai défouloir après une journée de travail. C’est aussi un grand moment de partage car les photographies que j’utilise sont souvent celles prises par mon père, mon mari ou depuis peu mon fils : « Maman, je t’ai fait des photos pour ton scrap ! »

 

Il se trouve que son fils scrape lui aussi. Et cela donne lieu à de superbes moments entre eux. « Ces derniers temps, il râle car les papiers font trop « fille » ! »

 

 

Chez elle, Valérie n’a malheureusement pas de pièce exclusivement réservée au scrap. Elle a donc envahi une petite table dans le salon sur laquelle elle travaille. Et deux placards où elle tente de trouver assez d’espace pour ranger tout son matériel ! « Pour l’organisation, j’ai souvent une série de photographies imprimées d’avance généralement en 10 x 15 mais de plus en plus en 5 x 7. Ainsi je peux attaquer une page assez rapidement. Les feuilles et les embellissements sont rangés par couleur. Dernièrement, j’ai fait de même pour les alphabets. Toute cette organisation est assez récente, elle commence déjà à porter ses fruits : je trouve beaucoup plus facilement ce dont j’ai besoin et le temps passé à réaliser une page se réduit. Sur ma table, il y a également une petite cagette où sont réunis les derniers embellissements que j’ai acheté ou mes coups de coeur pour pouvoir tout de suite les utiliser. En ce moment, il y a beaucoup de strass, de boutons, de fleurs et d’alphabets dans cette « malle aux trésors ». »

 

 

Au début de son expérience du scrapbooking, Valérie a eu une grosse période d’inspiration proche des techniques du patchwork

 

Ces derniers temps, Valérie expérimente plus les effets de matière que peut offrir la peinture. Elle aime aussi travailler la distress et les poudres à embosser… Elle a du mal avec les couleurs trop flashies. « Je pars souvent d’une photo ou d’un sketch. Voire d’un imprimé qui me plaît plus qu’un autre. Il arrive aussi que ce soit un mot, une réflexion de mon fils ou un coup de nostalgie qui va me pousser à faire une page. Même si je ne peux pas parler directement d’inspiration, il y a des blogs que j’admire beaucoup chez les américaines May Flaum/, Stéphanie Howell ou Karen Grünberg. J’y trouve une énergie qui me convient. Chez les françaises, je visite notamment le blog de Carole Maurin, Kali… »

 

Valérie a quelques livres Créapassions « Scrap du Shabby au Vintage » parce que c’est un style que j’affectionne tout particulièrement. « Le scrapbooking à l’état pur » parce que c’est quelque chose que je suis incapable de faire. J’ai essayé, ça peut marcher pour moi sur un mini-album mais sur une page 30 x 30, c’est une grande angoisse ! J’adore, j’admire… mais pas pour moi… Et enfin « Scrap journaling« .

 

Bonne découverte du scrap de Valérie,

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *