Direction Israël pour découvrir les magnifiques origami de Guy Binyamin

Guy Binyamin, 31 ans, vient d’Israël. Attiré par l’art et la création depuis l’enfance que ce soit le dessin, l’écriture ou même la sculpture, il est tombé amoureux de l’origami.

« J’aime l’aspect technique de l’origami, le défi et le sentiment d’accomplissement lors de la finition d’un modèle difficile. J’aime aussi l’élégance et je m’efforce de rendre mes plis aussi propres que possible. » Pour Guy, en regardant un modèle d’origami, on doit comprendre instantanément que c’est fait de papier, en utilisant des plis géométriques propres, sans colle ni coupures. « Si le modèle est trop modelé et trop réaliste, cette magie disparait ! »

Il a commencé sa passion à 11 ans

« Tout au long de ma vie à chaque fois que je faisais une forme quelconque d’art, il était toujours important pour moi de m’exprimer et d’apporter quelque chose de moi-même. Avec l’origami, je plie actuellement les modèles d’autres personnes, mais j’essaie aussi de faire quelque chose que personne d’autre n’a fait, notamment avec mes paysages. Chaque modèle / projet sur lequel je travaille est en effet imaginé avec des paysages merveilleux qui donnent vie à mes pliages. »

Sa page Origami  sur facebook ou instagram porte son nom. « Quand j’ai ouvert mon instagram, je n’ai pas vraiment téléchargé mes œuvres, ce n’était pas vraiment mon intention. Pendant des années, j’ai suivi d’autres personnes. La décision de commencer à diffuser mes œuvres origami est venu après avoir été encouragé par ma famille et mes amis et surtout ma charmante petite amie qui m’a poussé et beaucoup encouragé. »

Il a commancé l’origami en CM2 quand j’avais 11 ans. Il a reçu un livre d’origami de son père qui s’appelait « Origami Omnibus » de Kunihiko Kasahara.

« Je suis tombé amoureux de lui tout de suite. Mais malheureusement à l’époque, je n’avais personne pour vraiment m’apprendre à plier et les instructions étaient difficiles à suivre puisque je n’avais aucune expérience. J’ai rangé le livre, il est resté sur l’étagère pendant environ 5 ans jusqu’à ce que je revienne à cette passion.
J’ai alors compris la plupart du diagramme. Lentement et régulièrement, j’ai plié chaque modèle du livre et puis je suis passé à des modèles de plus en plus difficiles. J’ai plié pendant 2 ans et j’ai arrêté. Je n’avais pas de bons matériaux pour plier et je voulais également me concentrer sur mes études.
Il m’a fallu 14 ans pour revenir à l’origami. C’était en octobre 2018, il y a presque un an. »

« Je plie à la maison habituellement sur ma table à manger car presque tout mon équipement de pliage tient dans un tiroir ! Je stocke tous mes papiers dans un placard. J’adorerai avoir une maison assez grande avec une salle dédiée à l’origami et à la création artistique. »

En origami, Guy aime raconter une histoire. Dans chaque art qu’il pratique, il doit y avoir une histoire, un monde derrière.

« J’aime la bande dessinée, les personnages de livres pour enfants et l’animation. Dans toutes mes créations, j’essaie toujours de faire ressembler à un dessin d’un livre ou un personnage d’un film.Dans l’origami, beaucoup de gens aiment façonner leurs modèles de façon très réaliste. Pas moi. J’aime que le résultat final ressemble à l’origami et que les plis soient visibles. »

Pour Guy, en regardant un modèle d’origami, on doit comprendre instantanément que c’est fait de papier, en utilisant des plis géométriques propres, sans colle ni coupures. « Si le modèle est trop modelé et trop réaliste, cette magie disparait ! »

« Chaque papier est bon pour quelque chose en origami. Il n’y a pas de bons ou de mauvais papiers ! »

Évidemment le matériau principal que vous utilisez en origami c’est le papier. Mais selon Guy la plupart des gens ne sont pas conscients qu’il existe beaucoup de types de papier et chaque type a ses propres propriétés.

« Les principales caractéristiques du choix du papier sont le poids du papier, la couleur ou les motifs. Certains papiers ont des couleurs solides, certains ont des couleurs de marbre.  Sans oublier la texture de surface. Certains papiers sont lisses, d’autres sont bosselés, ridés, coriaces. Certains ont des rayures, d’autres ont la texture de peau de serpent ou de lézard qui peut vraiment se sentir au toucher. Et bien sûr la taille du papier ! »

Pour sa part Guy aime vraiment les papiers épais parce qu’il pense qu’ils tiennent très bien leur forme et ils ont généralement de très belles textures.

« La plupart des papiers épais peuvent également être façonnés avec seulement de l’eau. L’application d’eau sur le papier affaiblit les minuscules liens à l’intérieur ce qui nous permet de le façonner facilement et de lui donner une forme fluide, lisse et courbée. » Il aime aussi plier de grands papiers, le modèle final est ainsi plus grand et donc plus impressionnant sur l’étagère !

Sa principale source d’inspiration ce sont les livres pour enfants et les films d’animation. « Quand je crée une scène avec de l’origami, je pense toujours à ce que ça pourrait dans un livre pour enfants ou une scène de film. Comment puis-je le rendre sympathique, dramatique, détaillé, et coloré. Dans la plupart de mes créations, il y a une sorte d’histoire racontée à travers la scène : une mère dinosaure qui vérifie ses œufs, une chouette qui attaque une meute de lapins, ou une baleine qui rencontre un hippocampe… »

Et évidemment il s’inspire aussi de la communauté origami. « Je suis beaucoup de gens sur instagram et facebook, et je rencontre également d’autres origamistes israéliens une fois tous les 2 mois. J’ai beaucoup d’idées en regardant les œuvres d’autres personnes, les papiers qu’ils choisissent, la photographie et l’éclairage. »

Et maintenant à vous de découvrir les œuvres origami de Guy,
0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *