Un billet inspiré d’une fable de La Fontaine

     

 Ah La Fontaine même en 2012 ces fables sont toujours d’actualité ! Ainsi je voulais revenir si vous ne la connaissez pas sur la fable du « Geai paré des plumes du paon ». Dans cette fable, La Fontaine s’adresse aux plagiaires littéraires et de théâtre mais on peut l’adapter à tout plagiaire !  
 
 Un paon muait : un geai prit son plumage ; 
 Puis après se l’accommoda ; 
 Puis parmi d’autres paons tout fier se panada, 
 Croyant être un beau personnage. 
 Quelqu’un le reconnut : il se vit bafoué, 
 Berné, sifflé, moqué, joué, 
 Et par messieurs les paons plumé d’étrange sorte ; 
 Même vers ses pareils s’étant réfugié, 
 Il fut par eux mis à la porte. 
 Il est assez de geais à deux pieds comme lui, 
 Qui se parent souvent des dépouilles d’autrui, 
 Et que l’on nomme plagiaires. 
 Je m’en tais, et ne veux leur causer nul ennui : 
 Ce ne sont pas là mes affaires. » 
 
 Une fable à méditer !    

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *